Rechercher

Turkey Rights Monitor - Numéro 98

(Les liens vers les sources correspondantes se trouvent sur la version en langue anglaise.)


DÉTENTIONS ET ARRESTATIONS ARBITRAIRES


Tout au long de la semaine, les procureurs ont ordonné la détention d'au moins 20 personnes pour des liens présumés avec le mouvement Gülen. En octobre 2020, un avis du Groupe de travail des Nations unies sur la détention arbitraire (GTDA) a déclaré que l'emprisonnement généralisé ou systématique de personnes ayant des liens présumés avec le groupe pouvait constituer un crime contre l'humanité. Solidarity with OTHERS a compilé une base de données détaillée pour suivre les détentions massives liées à Gülen depuis un coup d'État manqué en juillet 2016.



5 mai : Şerife Sulukan, une ancienne enseignante paralysée depuis 19 mois, est envoyée en prison après que les tribunaux ont confirmé sa peine de prison prononcée en raison de son affiliation au mouvement Gülen.


Şerife Sulukan

7 mai : Les autorités ont arrêté et envoyé en prison Ceyda Nur Eroğlu, une femme enceinte de neuf mois, en violation des lois qui prévoient le report des peines de prison pour les femmes enceintes et en post-partum.


Ceyda Nur Eroğlu

DISPARITIONS FORCÉES


Aucune nouvelle de Yusuf Bilge Tunç, un ancien travailleur du secteur public qui a été licencié par un décret-loi au cours de l’état d'urgence de 2016-2018 et qui a été signalé disparu le 6 août 2019 dans ce qui semble être l’un des derniers cas d'une série de disparitions forcées présumées de critiques du gouvernement depuis 2016.


LIBERTÉ DE RÉUNION ET D’ASSOCIATION


3 mai : Le bureau du gouverneur de Hakkari a émis une interdiction de tous les rassemblements en plein air pour une période de 15 jours.


5 mai : La police d'Ankara est intervenue dans une manifestation organisée par le HDP, arrêtant six membres du parti ainsi que deux autres. Des membres du parti ont été agressés physiquement lors de l'intervention. Un officier a verbalement menacé la députée Ayşe Acar-Başaran.


5 mai : La police d'Istanbul a brièvement détenu deux personnes qui ont organisé une manifestation devant un palais de justice.


6 mai : La Cour constitutionnelle a jugé que les autorités avaient violé les droits d'une femme qui avait été arrêtée pour avoir protesté contre l'emprisonnement d'un parent près du domicile du président.


7 mai : La police de Mus est intervenue dans une manifestation organisée par le HDP, détenant brièvement trois cadres du parti.


9 mai : Le bureau du gouverneur d'Istanbul a bloqué les comptes bancaires de la Fondation Nesin au motif que la fondation aurait été impliquée dans une campagne de dons non autorisés.


LIBERTÉ D’EXPRESSION ET DES MÉDIAS


3 mai : Reporters sans frontières (RSF) publie l'édition 2022 de son Classement mondial de la liberté de la presse dans lequel la Turquie se classe 149e sur 180 pays.



3 mai : La Coalition pour les femmes dans le journalisme (CFWIJ) a rapporté que la Turquie était en tête du monde en termes de violations contre les femmes journalistes entre janvier et mai. Selon le groupe, les femmes journalistes en Turquie ont été confrontées à 63 cas de harcèlement judiciaire, d'agression physique et de détention.


4 mai : Les autorités ont brièvement détenu la journaliste Hande Karacasu après qu'elle ait produit un court métrage critiquant la politique migratoire du gouvernement.


La journaliste Hande Karacasu

4 mai : Les autorités ont brièvement détenu l'administrateur présumé d'un compte Twitter anonyme populaire en raison de tweets sur les migrants dans le pays.


5 mai : L'administration pénitentiaire d'Istanbul a partiellement censuré une lettre envoyée par la prisonnière politique Sultan Gökçek à une chaîne de télévision pro-opposition. La lettre concernait les violations des droits dans les prisons.


Sultan Gökçek

7 mai : La police d'Istanbul a arrêté le politicien d'extrême droite Adem Şeker pour avoir peint à la bombe un slogan anti-migrant sur un panneau de signalisation.


7 mai : La police d'Aydın a arrêté un touriste marocain accusé d'avoir insulté le président.


8 mai : La police de Şırnak a arrêté Mahsun Birlik, un employé du journal pro-kurde Yeni Yaşam.


MINORITÉ KURDE


5 mai : La police d'Ankara est intervenue dans une manifestation organisée par le HDP, arrêtant six membres du parti ainsi que deux autres. Des membres du parti ont été agressés physiquement lors de l'intervention. Un officier a verbalement menacé la députée Ayşe Acar-Bas

aran.

7 mai : La police de Mus est intervenue dans une manifestation organisée par le HDP, détenant brièvement trois cadres du parti.


8 mai : La police de Şırnak a arrêté Mahsun Birlik, un employé du journal pro-kurde Yeni Yaşam.


AUTRES MINORITÉS


2 mai : La police d'Istanbul a perquisitionné violemment un appartement habité par des femmes trans au motif qu'il y avait eu une plainte pour bruit, utilisant des gaz lacrymogènes et des violences physiques qui ont fait cinq blessés.


3 mai : İpek Ağmaz, une femme trans, a été assassinée à Istanbul par un homme non identifié.


CONDITIONS CARCÉRATIVES


3 mai : Une administration pénitentiaire d'Izmir a interrompu la conversation entre le détenu Halil Kasal et sa mère après que Kasal ait commencé à parler des mauvais traitements qu'il avait subis en prison.


5 mai : L'administration pénitentiaire d'Istanbul a partiellement censuré une lettre envoyée par la prisonnière politique Sultan Gökçek à une chaîne de télévision pro-opposition. La lettre concernait les violations des droits dans les prisons.


6 mai : La Cour constitutionnelle a jugé dans une affaire que l'enregistrement de conversations entre des détenus et leurs visiteurs lors de visites sans contact violait le droit au respect de la vie privée et familiale.


RÉFUGIÉS ET MIGRANTS


5 mai : Les données publiées par Eurostat ont montré une augmentation de 45 % d'une année sur l'autre du nombre de ressortissants turcs demandant l'asile dans l'UE en 2021.


5 mai : Trois adolescents jordaniens ont été agressés physiquement à Istanbul dans ce qui semble être un crime de haine. L'incident s'est produit au milieu d'un sentiment anti-migrant et d'un discours de haine croissants dans le pays.


TORTURE ET MAUVAIS TRAITEMENTS


2 mai : La police d'Istanbul a perquisitionné violemment un appartement habité par des femmes trans au motif qu'il y avait eu une plainte pour bruit, utilisant des gaz lacrymogènes et des violences physiques qui ont fait cinq blessés.


3 mai : Les gardiens d'une prison de Bitlis menacent de mort un détenu nommé Naif Isci.


3 mai : Une administration pénitentiaire d'Izmir a interrompu la conversation entre le détenu Halil Kasal et sa mère après que Kasal ait commencé à parler des mauvais traitements qu'il avait subis en prison.


4 mai : La police de Şırnak a agressé physiquement un homme du nom d'Ebubekir Çıkmaz lors d'un contrôle d'identité.


5 mai : L'Association du barreau d'Ankara a annoncé qu'elle avait déposé une plainte contre le département de police d'Ankara sur la base de neuf actes de torture commis par des détachements en février et mars.


5 mai : La police d'Ankara a agressé physiquement des députés du HDP lors d'une intervention lors d'un événement du parti. Un officier a également menacé verbalement la députée Ayşe Acar-Basaran.


7 mai : Les gardiens d'une prison de Samsun ont agressé physiquement le détenu Emir Karakum, qui a été blessé à la suite des violences et hospitalisé. Les responsables de l'hôpital auraient refusé de lui offrir un traitement.


DROITS DES FEMMES


4 mai : Des hommes ont tué 29 femmes et infligé des violences à au moins 52 autres en avril, selon un rapport publié par Bianet.