Rechercher

Turkey Rights Monitor - Numéro 76

DÉTENTIONS ET ARRESTATIONS ARBITRAIRES


Tout au long de la semaine, les procureurs ont ordonné la détention d'au moins 269 personnes pour des liens présumés avec le mouvement Gülen. En octobre 2020, un avis du Groupe de travail des Nations unies sur la détention arbitraire (GTDA) a déclaré que l'emprisonnement généralisé ou systématique de personnes ayant des liens présumés avec le groupe pouvait constituer un crime contre l'humanité. Solidarity with OTHERS a compilé une base de données détaillée pour suivre les détentions massives liées à Gülen depuis un coup d'État manqué en juillet 2016.



30 novembre : Ömer Faruk Turan, 11 ans, est décédé d'une insuffisance cardiaque sans pouvoir dire au revoir à son père, qui a été emprisonné pour des liens présumés avec le mouvement Gülen et qui s'est vu refuser une visite à l'hôpital où son fils était en traitement.


4 décembre : Reyhan Yalçındağ, l'avocate de la politicienne kurde emprisonnée Aysel Tuğluk, a déclaré dans une interview que sa cliente souffrait de pertes de mémoire et n'était pas en mesure de gérer elle-même ses besoins quotidiens, réitérant l'appel à sa libération immédiate.


PRIVATION ARBITRAIRE DE LA VIE


30 novembre : Un policier d'Istanbul a abattu une personne qui n'aurait pas obtempéré à un ordre de s'arrêter. L'officier en question aurait été suspendu de ses fonctions et arrêté.


DISPARITIONS FORCÉES


Aucune nouvelle de Yusuf Bilge Tunç, un ancien travailleur du secteur public qui a été licencié par un décret-loi au cours de l’état d'urgence de 2016-2018 et qui a été signalé disparu le 6 août 2019 dans ce qui semble être l’un des derniers cas d'une série de disparitions forcées présumées de critiques du gouvernement depuis 2016.


LIBERTÉ DE RÉUNION ET D’ASSOCIATION


29 novembre : Le Bureau du gouverneur de Van a émis une interdiction de tous les rassemblements en plein air pendant une période de 15 jours.


29 novembre : Le Bureau du gouverneur de Hakkari a émis une interdiction de tous les rassemblements en plein air pendant une période de 15 jours.


2 décembre : La police d'Istanbul est intervenue lors d'une manifestation de soutien aux travailleurs municipaux en grève, arrêtant une personne.


3 décembre : Le ministère de l'Intérieur a lancé une enquête sur plusieurs ONG pour recevoir des fonds prétendument d'une fondation basée au Texas.


3 décembre : Le Bureau du gouverneur de Mardin a émis une interdiction de tous les rassemblements en plein air pendant une période de 15 jours.


LIBERTÉ D’EXPRESSION ET DES MÉDIAS


29 novembre : Les tribunaux de Diyarbakır ont décidé de bloquer l'accès à trois adresses Web utilisées par les sites d'information pro-kurdes ETHA, Umut et Kızılbayrak.


30 novembre : Un tribunal d'Izmir a condamné le réalisateur de documentaires Oktay İnce à un an, deux mois et 17 jours de prison pour avoir insulté le président.


Oktay İnce

30 novembre : Un tribunal de Hatay a condamné l'avocat Hakan Mazman à un an, deux mois et 17 jours de prison pour avoir insulté le président sur les réseaux sociaux.


30 novembre : Un tribunal de Kayseri a condamné une personne à un an et deux mois de prison pour outrage au président.


30 novembre : Un procureur d'Istanbul a requis une peine de prison allant jusqu'à deux ans et quatre mois pour Deniz Yücel, un journaliste turco-allemand qui est jugé par contumace pour avoir insulté un agent public.


Journaliste Deniz Yücel

30 novembre : La police de Manisa a exposé trois livres écrits par le politicien kurde emprisonné Selahattin Demirtaş parmi les preuves criminelles saisies lors d'une descente de police.


30 novembre : Un tribunal d’Ankara a décidé de bloquer l’accès à trois reportages sur des allégations selon lesquelles une femme qui s’est présentée comme cadre du bureau du gouverneur aurait menacé des gens dans un désaccord sur la circulation.


1er décembre : La police a arrêté le journaliste de YouTube Hasan Köksoy et une personne qui lui a accordé une interview dans la rue. Les deux ont été arrêtés par un tribunal en raison des remarques de la personne interrogée sur la corruption présumée du gouvernement.


1er décembre : Les procureurs d’İstanbul ont lancé une enquête sur sept dirigeants du principal parti d'opposition CHP accusé d'avoir insulté le président dans un dépliant imprimé par la partie sur les allégations de corruption gouvernementale.


2 décembre : Un tribunal a condamné l'ancienne députée du CHP Zeynep Altıok Akatlı à 11 mois de prison pour avoir insulté le président.


Zeynep Altıok Akatlı

2 décembre : Les médias critiques à l'égard du gouvernement ont été empêchés de participer à une réunion de la commission ministérielle pour fixer le salaire minimum de l'année prochaine.


2 décembre : Un tribunal d'Istanbul a décidé de bloquer l'accès à un reportage sur des allégations selon lesquelles une fondation proche du président occupait illégalement des installations municipales à Istanbul.


2 décembre : Un tribunal d'Ankara a décidé de bloquer l'accès à trois reportages sur des allégations de népotisme impliquant un recteur d'université nommé par le gouvernement.


2 décembre : Un tribunal d'Istanbul a décidé de bloquer l'accès à trois reportages sur des allégations de népotisme impliquant une fondation créée par le fils du président.


2 décembre : Un tribunal d'Istanbul a décidé de bloquer l'accès à quatre reportages sur des allégations de corruption visant le président.


2 décembre : Un tribunal de Rize a décidé de bloquer l'accès à deux reportages sur des allégations impliquant une association de journalisme locale.


3 décembre : La police de Hakkari a arrêté le journaliste Mimar Kaya pour avoir filmé une dispute entre des policiers et un chauffeur de navette.


3 décembre : La police a perquisitionné la maison appartenant à la mère d'Eren Keskin, présidente de l'Association des droits de l'homme (İHD). La police a ensuite appelé l'avocat de Keskin pour la convoquer à témoigner en raison d'une enquête sur un discours qu'elle a prononcé il y a deux ans et demi.


Eren Keskin

4 décembre : Les procureurs d’İstanbul ont lancé une enquête sur Nurullah Ankut accusé d'avoir insulté le président dans un article qu'il a écrit.


4 décembre : La police de Tunceli a empêché le journaliste Cihan Berk de mener une interview dans la rue.


5 décembre : Le bureau du gouverneur de Mardin a interdit la mise en scène prévue en kurde de la pièce de théâtre « Tartuffe ».


LIBERTÉ DE RELIGION


3 décembre : La Commission des États-Unis sur la liberté religieuse internationale (USCIRF) a publié son rapport annuel, qui recommandait que le Département d'État américain inclue la Turquie sur sa liste de surveillance spéciale pour avoir commis ou toléré de graves violations de la liberté de religion. Le rapport indique que l'action, l'inaction délibérée et la rhétorique du gouvernement turc continuent d'alimenter un environnement politique hostile aux minorités religieuses.


DÉFENSEURS DES DROITS DE L’HOMME


3 décembre : Le Conseil de l'Europe a annoncé qu'il lancerait une procédure d'infraction contre la Turquie pour non-exécution d'une ordonnance de la Cour européenne des droits de l'homme visant la libération du leader de la société civile emprisonné Osman Kavala.


3 décembre : La police a perquisitionné la maison appartenant à la mère d'Eren Keskin, présidente de l'Association des droits de l'homme (İHD). La police a ensuite appelé l'avocat de Keskin pour la convoquer à témoigner en raison d'une enquête sur un discours qu'elle a prononcé il y a deux ans et demi.


INDÉPENDANCE JUDICIAIRE ET ÉTAT DE DROIT


30 novembre : Le député du HDP Ömer Faruk Gergerlioğlu a annoncé lors d'une réunion parlementaire qu'un homme qui avait été enlevé et torturé par les services secrets turcs en 2019 avait été contraint de témoigner contre lui et un autre homme politique de l'opposition.


30 novembre : L'Arrested Lawyers Initiative a publié un rapport indiquant que les données acquises à partir d'une application pour smartphone que les tribunaux turcs acceptent comme preuve d'affiliation terroriste ne sont pas des éléments de preuve légaux ou admissibles, mais sont utilisées par le pouvoir judiciaire comme un outil de poursuite malveillante.


3 décembre : Le Conseil de l'Europe a annoncé qu'il lancerait une procédure d'infraction contre la Turquie pour non-exécution d'une ordonnance de la Cour européenne des droits de l'homme visant la libération du leader de la société civile emprisonné Osman Kavala.


4 décembre : La Commission d'enquête sur l'état d'urgence a refusé de réintégrer l'universitaire Cenk Yiğiter malgré une décision de la Cour constitutionnelle. Yiğiter a été licencié de son poste à l'université d'Ankara en janvier 2017.


Cenk Yiğiter

MINORITÉ KURDE


29 novembre : Un tribunal de Manisa a décidé d'arrêter deux membres du HDP qui ont été arrêtés le 26 novembre tout en libérant sept autres.


29 novembre : Le procureur supérieur à la Cour suprême d’appel a soumis un avis à la Cour constitutionnelle, réitérant sa demande pour la fermeture de HDP, ainsi que des interdictions de plusieurs hommes politiques.


29 novembre : Les tribunaux de Diyarbakır ont décidé de bloquer l'accès à trois adresses Web utilisées par les sites d'information pro-kurdes ETHA, Umut et Kızılbayrak.


30 novembre : Un tribunal de Mersin a décidé d’arrêter Düzgün Okutan, conseiller de la députée HDP Fatma Kurtulan.


30 novembre : La police de Manisa a exposé trois livres écrits par le politicien kurde emprisonné Selahattin Demirtaş parmi les preuves criminelles saisies lors d'une descente de police.


1er décembre : Le ministère de l'Éducation nationale a licencié 21 enseignants en raison de liens présumés avec le terrorisme. Les enseignants avaient déjà été détenus dans le cadre d'une enquête sur le Democratic Society Congress (DTK), le groupe de coordination du mouvement politique kurde.


2 décembre : Un tribunal de Muş a condamné l'ancien cadre du HDP Muhlise Karagüzel à 10 mois de prison pour diffusion de propagande terroriste.


2 décembre : Un tribunal de Diyarbakir a condamné la militante Makbule Özbek à sept ans et six mois pour terrorisme, dans le cadre d'une enquête sur le Democratic Society Congress (DTK), l'organisation faîtière du mouvement politique kurde. Özbek est une militante pour la paix connue pour son engagement dans un mouvement populaire pour exiger des comptes pour les disparitions forcées dans les provinces kurdes dans les années 1990.


3 décembre : Un tribunal de Şırnak a condamné le politicien kurde local Halil İrmez à neuf ans de prison pour terrorisme.


4 décembre : Une administration pénitentiaire Şanlıurfa a lancé une enquête disciplinaire sur un détenu nommé Mehmet Binici pour chanter en kurde.


5 décembre : Le bureau du gouverneur de Mardin a interdit la mise en scène prévue en kurde de la pièce de théâtre « Tartuffe ».


5 décembre : La police d'Ankara a menotté à l'arrière et agressé physiquement le cadre provincial du HDP Hüseyin Gökoğlu sans mandat de détention.


CONDITIONS DE DÉTENTION


30 novembre : Un cabinet d'avocats a annoncé qu'un tribunal de Bursa avait prolongé l'interdiction de visite imposée au chef du PKK emprisonné Abdullah Öcalan, dont les avocats ont été empêchés de rendre visite à leur client pendant des mois.


3 décembre : Une prison de Kocaeli a refusé un traitement au détenu Aslı Calıhan pour avoir refusé de se soumettre à un traitement menotté.


4 décembre : Une administration pénitentiaire de Şanlıurfa a lancé des enquêtes disciplinaires sur 20 détenus qui avaient précédemment déclaré avoir été agressés physiquement par des gardiens lors d'une perquisition dans un quartier. La même administration pénitentiaire a également ouvert une enquête disciplinaire sur un détenu nommé Mehmet Binici pour avoir chanté en kurde.


RÉFUGIÉS ET MIGRANTS


1er décembre : Un groupe de demandeurs d'asile politique turcs a été brièvement bloqué à la frontière terrestre avec la Grèce alors qu'il fuyait la Turquie. Ils ont été secourus par les forces frontalières grecques après de nombreux appels sur les réseaux sociaux.


1er décembre : Un interprète qui est un résident de l'Union européenne employé par l'agence frontalière de l'UE Frontex a annoncé que la Grèce l'avait expulsé vers la Turquie lors d'une rafle de migrants en septembre.


2 décembre : Des réfugiés de la province nord-ouest de Bolu ont déclaré aux médias qu'ils étaient confrontés à une augmentation des crimes haineux depuis que le conseil municipal a approuvé une proposition discriminatoire imposant des frais exorbitants aux étrangers pour accéder aux services publics de la ville.


3 décembre : Un ancien procureur et son épouse, une ancienne greffière, sont décédés après qu'un hors-bord les transportant se soit renversé dans la mer Égée alors qu'ils tentaient de fuir vers la Grèce pour éviter les persécutions.


TORTURE ET MAUVAIS TRAITEMENTS


30 novembre : Les gardiens d'une prison de Trabzon agressent physiquement un détenu qui protestait contre le refus de l'administration pénitentiaire de livrer des vêtements d'hiver envoyés par la famille du détenu.


30 novembre : Le député du HDP Ömer Faruk Gergerlioğlu a annoncé lors d'une réunion parlementaire qu'un homme qui avait été enlevé et torturé par les services secrets turcs en 2019 avait été contraint de témoigner contre lui et un autre homme politique de l'opposition.


5 décembre : La police d'Ankara a menotté à l'arrière et agressé physiquement le cadre provincial du HDP Hüseyin Gökoğlu sans mandat de détention.


DROITS DES FEMMES


2 décembre : Selon le rapport mensuel de surveillance de la violence masculine publié sur le site Bianet, 34 femmes ont été tuées par des hommes et au moins 62 femmes ont été victimes de violence en novembre.


4 décembre : La Cour constitutionnelle a jugé que les autorités n'avaient pas pris les précautions nécessaires pour protéger une femme tuée par son mari en 2013.